banniere arvalia

Accueil du site > Valorisation fontsizeup fontsizedown

Covalorisation

Mutualisation des moyens

Unité de traitement des eaux usées {JPEG}L’unité de traitement des déchets Arvalia incinère les boues de l’unité de traitement des eaux usées voisine avec les déchets ménagers et assimilés : ce procédé s’appelle la covalorisation.

Les boues sont acheminées par une canalisation souterraine depuis la station de traitement des eaux usées vers l’unité de traitement des déchets.

Elles sont injectées directement dans le foyer du four par pulvérisation à air comprimé. Cette dispersion sous forme de fines gouttelettes améliore leur combustion. Résultat : destruction totale des boues sans modification de la qualité des mâchefers.

Il s’agit d’une caractéristique exemplaire en termes de mutualisation de moyens et d’optimisation de budget.

Il est possible d’introduire jusqu’à 15 % du tonnage des ordures ménagères sous forme de boues, sans modifier la capacité thermique du four

L’innovation au service de la valorisation :

Veolia Water Solutions & Technologies et Veolia Propreté ont mis en commun leur savoir-faire pour développer PYROMIX : un procédé de covalorisation des boues dans un four de combustion de déchets ménagers.

Valorisation énergétique

JPEG - 898.8 ko

Utiliser l’énergie pour produire de l’électricité

Arvalia est plus qu’un incinérateur : c’est une Unité de Valorisation Energétique. Cette appellation n’est pas qu’une question de sémantique, c’est une réalité.
En effet, l’énergie issue de la combustion des déchets est récupérée à la sortie de la chaudière, pour être transformée en électricité grâce au turbo-alternateur.

JPEG - 948.1 ko

Que devient l’électricité produite ? :

- 30 % sont consommés par l’unité de traitement des déchets pour son fonctionnement
- 30 % servent à alimenter l’unité de traitement des eaux usées située à proximité

- 40 % sont envoyés sur le réseau électrique public



JPEG

Arvalia produit annuellement l’équivalent de la consommation électrique moyenne de plus de
2 500 foyers
(hors chauffage et eau chaude)



Valorisation énergetique
=
78% du tonnage entrant

Valorisation des matières

A chaque sous-produit sa filière

Les résidus issus de la combustion des déchets font l’objet d’un suivi et d’une traçabilité strictes jusqu’à leur destination finale.



- métaux ferreux  : récupérés en sortie de four et sur la plateforme de maturation des
mâchefers, ils sont réutilisés en sidérurgie pour fabriquer de nouveaux produits
(pièces automobiles par exemple).





- mâchefers : ce sont des résidus solides et non toxiques, constitués de verre et minéraux.
Ils sont triés et entrent dans un cycle de maturation sur une plateforme adaptée.
Après extraction des métaux ferreux, ils sont utilisés en sous-couche lors de
la réalisation de routes et de parkings.




- PSR (Produits Sodiques Résiduaires)  : il s’agit des réactifs ayant capté les composés indésirables (acides et dioxines) au niveau du filtre à manches. Des procédés industrialisés
épurent une partie des PSR, qui sera recyclée dans la fabrication de carbonate de sodium.
L’autre partie ainsi fortement réduite, est déposée en installation de stockage.




- cendres : c’est le seul sous-produit qui ne peut être valorisé.
Les cendres concentrent tous les polluants des déchets ménagers.
D’abord stabilisées, elles sont ensuite dirigées vers des installations de
stockage adaptées, conformément à la réglementation en vigueur.

Valorisation matière
=
20 % du tonnage entrant

JPEG

pour une tonne de déchets incinérés, on a :
  • 180 kg de machefers valorisés (recyclés à 100%)
  • 10 kg de métaux ferreux (recyclés à 100%)
  • 10 kg de PSR (recyclés partiellement)
  • 20 kg de cendres (stabilisées et stockées)